logodioc BDPSJP2_01

JEUDI 14 AOUT 2014,

SAINT MAXIMILIEN KOLBE


Au coeur de la barbarie dont seuls les hommes sont capables, il existe des traits de lumière

qui permettent de garder de l’espérance pour l’humanité.

Le 14 août 1941, mourrait à Auschwitz, euthanasié par ses bourreaux, le prêtre

Maximilien Kolbe. Le paganisme et l’athéisme des nazis les ont empêché de comprendre

que ce matricule était ce franciscain polonais fondateur de la Milice de l’Immaculée,

véritable institution spirituelle au rayonnement mondial jusqu’au Japon pour faire aimer le

Saint Nom de la Vierge Marie.

La veille de la plus grande fête de la Vierge, le Père Kolbe offrait sa vie à Dieu par Marie,

dans une cellule profonde des caves du plus terrible des camps de concentration. Celui qui

avait déployé des imprimeries dans le monde entier pour former les chrétiens à la prière,

au chapelet, à la profondeur juste et équilibrée d’une relation à la Vierge Marie qui ne

fasse pas d’ombre à Jésus son Fils l’unique Sauveur, ce petit prêtre volontaire mourrait

dans l’ombre d’un cachot pour ne pas faire d’ombre à la Vierge célébrée le lendemain.

Comment pourrions-nous douter qu’au Ciel, le regard pur et attendri de la Mère du Christ

ne fut pas celui qu’il croisa pour passer de la passion à la résurrection ?

Comment pourrions-nous continuer de douter de la présence de Dieu dans notre monde

quand 40 ans plus tard, en 1982, le Pape Jean-Paul II canonisa Maximilien Kolbe en

présence du père de famille qu’il avait remplacé pour mourir à sa place ?

Comment ne pas recevoir une lumière nouvelle de ces 3 polonais, Karol Wojtyla,

Maximilien Kolbe et Franciszek Gajowniczek, en ces jours particulièrement troublés pour

notre humanité avec ces foyers d’intense barbarie ? Un pape ayant mis le M de Marie sur

son blason, un prêtre ayant consacré sa vie à la Vierge et un père de famille fidèle à son

épouse même au risque d’y perdre sa propre vie… voilà trois hommes rassemblés qui nous

permettent d’espérer pour l’humanité. Et cette espérance, vous l’avez bien compris, passe

par la femme. La Vierge, la Mère, l’Epouse. Celle que nous célébrons déjà par anticipation

dans la fête de Saint Maximilien Kolbe et tout à l’heure dans la procession à Notre-Dame

de Bonsecours. C’est dans cette articulation pleine de grâce entre l’homme et la femme

que peut régner la paix dans nos coeurs. C’est dans cette communion entre l’homme et la

femme que peut se construire la paix pour notre monde. Car c’est dans la distorsion du

rapport homme-femme que naissent les guerres civiles ; c’est dans le désaccord entre

l’époux et l’épouse que se détruisent les sociétés. A partir de ces deux moments, plus

aucune barrière n’empêche la disparition d’Abel, puisque Caïn a décidé de sa toute

puissance. Ces trois polonais ont manifesté la triple faiblesse de l’homme et donc la triple

attente de la femme : la prière du pape, l’humilité du prêtre, la peur du père de famille ; La

femme a retenu la main du terroriste qui voulait abattre le Pape ; la Vierge a reçu le

chevalier qui avait parcouru le monde pour la lui présenter ; la mère a protégé son fils pour

lui redonner confiance et lui permettre de continuer sa mission de père.

Pour l’Irak, pour la Centrafrique, pour la Syrie, pour la Terre Sainte et pour la France,

demandons à Saint Maximilien Kolbe de faire de nous des témoins de cet équilibre dans

nos relations pour que l’Evangile du Christ règne, par Marie, en chacun de nos coeurs.

Amen.


Geoffroy de la Tousche

Curé de Dieppe

Site with XWebDesignor  By www.neutssoftware.com